Dans mon carnet d'images

Les rêveurs de grands chemins ne se nourrissent de rien, sinon de miettes hasardeuses, tombées du ciel, d'un livre, de semis de lumière, oubliés dans l'épaisseur de l'encre: de quoi réjouir les cigales et charmer le silence.
[Le colporteur de Christian Bobin]

Chez Virginie Batterson
via home collection

Chez Virginie Batterson

via home collection

— 3 years ago with 3 notes
  1. niezapominajka reblogged this from huamao
  2. huamao reblogged this from carnetimages-8
  3. carnetimages-8 posted this